Design et Histoires

Le blog de Jocelyne Leboeuf

Entrées du février 2011

27 février 2011    Design(s)/Histoire(s)

Lettre d’un jeune designer indien en 1971

La revue « Design Industrie » publie en décembre 1971 (n° 106) un certain nombre de lettres adressées à l’ICSID (InternationalCouncil of Societies of Industrial Design) par des étudiants en design de 34 pays. L’ICSID avait en effet souhaité établir un dialogue avec de jeunes designers. Nous avons fait paraître sur ce blog les écrits d’un jeune designer de Taïwan, d’un jeune designer autrichien, d’une jeune designer anglaise, d’un jeune designer français. Nous publions ci-dessous la lettre d’un jeune designer indien, après quelques commentaires sur celles précédemment communiquées.

1970-71 – 2010-11, mêmes questions ? quelles questions se posent les jeunes designers actuellement ?

Le jeune designer de Taïwan soulignait :

- une confusion entre design et art pour la majorité des gens

- une approche du design venant de professeurs ayant étudié en Allemagne ou au Japon

- un manque d’accès à des livres en chinois sur le sujet et un besoin de plus de contacts avec d’autres pays passant par des traductions en anglais

et posait les questions suivantes :

- quelles compétences doit avoir un designer industriel ?

- quelles sont les frontières de la profession ?

Le jeune designer autrichien est très polémique. Il fait part d’inquiétudes face à « l’exploitation inconsidérée » de la technologie et à une économie et politique axées sur le profit en priorité, soulignant les risques d’exploitation inconsidérée des ressources planétaires et une perte du sens des « besoins réels ». Il en appelle à la responsabilité du designer en tant qu’individu.

La jeune designer anglaise est aussi très polémique et regrette que les formations au design soient plutôt destinées à  une élite, privilégiant les aspects artistiques et ne préparant pas à intervenir dans une production conduite par « des ingénieurs, des technologistes de l’ordinateur, des politiciens, des juristes et des entrepreneurs ». Quel rôle jouer « dans leur design » ? Elle prône d’introduire dans le design méthode de travail et processus structuré auxquels pourront contribuer les autres disciplines. Le design doit être impliqué dans » l’innovation industrielle » et elle conclue :

Peut-être l’industrial design souhaite-t-il continuer à s’adresser à une élite. Si c’est le cas, le besoin d’une méthode de design n’existe pas et la formation peut continuer suivant ses vieilles formules. Ce pourrait être une question intéressante à étudier au Congrès. En outre, ou pourrait essayer d’évaluer le pourcentage de la production industrielle qui contribue à l’environnement, en dollards ou en tonnages, dont l’industrial designer est responsable. Peut-être un des buts du Congrès pourrait-il être de prévoir une augmentation de ce pourcentage, et de laisser les futurs designers y participer.

Le jeune designer français renvoie à la seule structure en France qui lui paraisse répondre à ses préoccupations, l’Institut de l’Environnement (projet qui finalement a été très éphémère). Il souligne les difficultés d’insertion professionnelle du designer dans les entreprises au niveau de la conception des produits industriels, même avec une formation d’ingénieur à la base. Il trouve plus pertinent de poser la question « Que peut le design ?  » par rapport à la dégradation esthétique de l’environnement, plutôt que de chercher à définir le design :

Si effectivement le design arrivait à corriger, modifier l’environnement réel, à créer l’environnement futur, la question « qu’est le design ? » n’aurait plus aucun intérêt : ses propres preuves lui suffiraient.

Mais pour cela il faut que le designer puisse intervenir dans les décisions de conception laissées presque exclusivement « aux responsables techniques et aux commerciaux » et il rajoute :

Quand, dans certaines entreprises la notion de designer est considérée autrement qu’une notion de stylisme, il est remarquable de constater qu’il n’est qu’une composante d’une politique marketing. Le design devient alors un processus rétroactif et surdéterminé de création.

Le jeune designer français en appelle au travail pluridisciplinaire tant dans l’étude des besoins que dans celle des moyens à mettre en oeuvre pour les réponses.

Que nous dit P. Rajagopalan, jeune designer indien  ?

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)