Design et Histoires

Le blog de Jocelyne Leboeuf

26 février 2014    Design(s)/Histoire(s)

Porza and Jacques Viénot : from an artists’ melting pot to a program for French industrial design

When Jacques Viénot suggested the creation of an international federation at the Congress ‘Beauté, bien-être et source de richesse’ (Beauty, well-being and source of wealth) in Paris in 1953, he became the driving force behind the Industrial Aesthetics movement in France. Before the Second World War, his career was linked to the world of decorative arts. His involvement in artistic circles and his standing as a businessman were an integral part of the international outlook which led him to create the French branch of Porza at the beginning of the thirties.

This association encouraged dialogue and understanding between nations. It was a place conducive to passionate debates in the field of the arts and intellectual thinking in the 1930s. The Second World War put a brutal end to this venture. Porza’s pacifist ideas were no longer plausible, indeed they could even have been viewed as suspicious, and this story remains a little-known episode in the cultural history of the interwar years. In the Viénot family archives, we were lucky enough to find a members’ newsletter, Nouvelles Brèves. Updated each month between 1932 and 1938, the document provides us with the names of the key members and allowed us to retrace the ideological context of Porza’s creation, as well as its ties with French artistic circles.

The research question considered in this text centres on the extent to which Porza played a seminal role in Jacques Viénot’s commitment to the creation of the industrial design movement in the 1950s.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

29 juillet 2011    Design(s)/Autres disciplines

Innovation et design

La notion d’innovation a été traditionnellement rattachée à l’histoire des progrès techniques qui ont permis le développement industriel occidental au XVIIIe siècle. Les travaux de l’économiste autrichien Joseph Schumpeter, dans la première moitié du XXe siècle, ont mis en évidence des mécanismes propres à l’innovation dans la dynamique capitaliste, avec la figure de l’entrepreneur qui porte celle-ci à différents niveaux (techniques, méthodes de production, organisation du travail…) pour gagner la première place sur le marché.

Ceci est sans doute très restrictif, sauf à nier la créativité innovante dans d’autres domaines et d’autres époques, mais dans le contexte actuel d’une économie mondialisée, l’innovation reste avant tout attachée aux notions de performance, compétitivité et croissance. De nouveaux produits, de nouveaux projets, doivent permettre aux entreprises d’être les meilleures. Le futurisme technologique, souvent associé à l’innovation dans l’imaginaire, a porté nombre d’utopies et conserve toute sa séduction, en particulier dans le domaine des technologies de la communication et de l’information. Mais pour que l’innovation devienne produit, apporte une transformation dans notre quotidien, un certain nombre de paramètres entrent en jeu.

C’est dans cette partie que le design trouve une place essentielle.

L’histoire du design industriel révèle différents courants de pensée et différentes pratiques, depuis l’alliance du beau et du bon des siècles passés, aux formes actuelles d’un design associé au management et aux stratégies d’entreprise (voir article précédent ce de blog, « de l’objet icône au design thinking »). Quelles que soient les figures du design et ses apprentissages (méthodes de créativité, de projet, cultures techniques et artistiques, culture humaniste et culture d’entreprise), l’innovation par le design, centrée sur les usages, se situe dans un défi permanent d’un progrès pour l’homme. Elle revendique cette spécificité de mettre « du sens dans la technique » (forme récurrente des communications sur le design), et d’agir contre les dangers d’une technique auto-finalisée.

Mais l’innovation par le design c’est aussi favoriser le développement de la société de consommation, permettre aux entreprises de gagner des parts de marché, répondre aux urgences des commandes… (1)

Comment concilier le souci permanent de nouveautés (innover à tout prix), la politique du court terme qui caractérise nos sociétés, et le nécessaire recul critique, l’épaisseur du temps, indispensables pour un véritable engagement dans la promesse d’un monde meilleur ? (2)

Certes ces questions ne sont pas réservées au design et, dans le contexte même du design, il est indispensable qu’elles soient pensées dans un cadre trans-disciplinaire (philosophie, histoire, sciences humaines), non seulement dans les écoles, mais également dans tous les champs de la vie économique et sociale.

Notes :

1 – Armand Hatchuel parle de « grande charade à laquelle aboutissent invariablement les historiens du design », le design étant alors « cette étrange pratique qui, dans de nouveaux objets, tente rien moins que concilier capitalisme et humanisme, intérêt et sens, séduction et authenticité, rhétorique et vérité, tradition et invention », introduction du texte « Quelle analytique de la conception ? Parure et pointe en Design », colloque « le design en question(s) », Novembre 2005, Centre Georges-Pompidou.

2  - avec la conscience que l’humanisme revendiqué ne relève pas uniquement d’une rhétorique (généralisante et opportuniste) dissimulant la réalité complexe des situations concrètes et la responsabilités des différents acteurs.

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Autres disciplines

3 décembre 2010    Design(s)/Histoire(s)

icsid Venise 1961 (3)

Deux articles de ce blog évoquent les témoignages de Georges Combet (Directeur général de Gaz de France – président de l’Institut d’Esthétique industrielle) et de Sigvard Bernadotte (pionnier du design industriel en Suède, 1907-2002). Le sujet traité est « le rôle de l’esthéticien industriel dans la société ». Le troisième intervenant sur le sujet, présenté dans la revue Esthétique industrielle, était Karl Schwanger, designer autrichien.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

23 juin 2010    Design(s)/Histoire(s)

icsid Venise 1961 (2)

Cet article relate et analyse le témoignage de Georges Combet (directeur général de Gaz de France et président de l’Institut d’ Esthétique industrielle – France) sur le « rôle de l’esthéticien industriel dans la société », question soulevée lors du deuxième congrès de l’icsid à Venise en 1961 (1). Voir l’article précédent se rapportant à Sigvard Bernadotte sur la même thématique, icsid Venise 1961 (1).

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)