Design et Histoires

Le blog de Jocelyne Leboeuf

7 novembre 2016    Design(s)/Histoire(s)

Transformer non seulement le monde, mais aussi les chaises et les pantalons

C’est avec un extrait des souvenirs d’Ilya Ehrenburg que, dans son article »Le devancement d’une époque » (numéro de Démocratie nouvelle, de février 1967), Szymon Bojko introduit les polémiques des débats passionnés et aussi violemment conflictuels entre culture et révolution, au sein des intellectuels et artistes dans les premières années de la révolution bolchévique en Russie.

couverture n° 2 Démocratie nouvelle

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

25 juillet 2014    Design(s)/Histoire(s)

En hommage à Jacques Inguenaud

J’ai eu la chance de faire la connaissance de Jacques Inguenaud il y a quelques années et de recueillir son témoignage de designer industriel. Ayant mené des recherches sur la période de l’Esthétique industrielle et en particulier sur le premier Cours Supérieur d’Esthétique Industrielle créé par Jacques Viénot, j’avais demandé à Jacques qui avait fait partie des premiers étudiants de Viénot s’il accepterait de répondre à quelques questions. Il avait accepté avec beaucoup de gentillesse cet exercice de mémoire, objet d’une correspondance écrite en novembre 2011.

Jacques Inguenaud, créateur d’E.N.F.I. (Esthétique Nouvelle de le Forme Industrielle) en 1961, nous retrace à travers cet entretien l’aventure d’un enseignement  novateur, à l’origine des écoles de design.

Il y exprime ces valeurs attachées au travail collectif  qui ont été la marque de sa carrière.

Lors de nos entretiens, j’avais pu constater à quel point il était toujours aussi enthousiaste pour ce métier, défendu avec passion et générosité.

Je remercie sa compagne, Catherine Hardouin, de m’avoir autorisée à publier ces échanges.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

26 février 2014    Design(s)/Histoire(s)

Porza and Jacques Viénot : from an artists’ melting pot to a program for French industrial design

When Jacques Viénot suggested the creation of an international federation at the Congress ‘Beauté, bien-être et source de richesse’ (Beauty, well-being and source of wealth) in Paris in 1953, he became the driving force behind the Industrial Aesthetics movement in France. Before the Second World War, his career was linked to the world of decorative arts. His involvement in artistic circles and his standing as a businessman were an integral part of the international outlook which led him to create the French branch of Porza at the beginning of the thirties.

This association encouraged dialogue and understanding between nations. It was a place conducive to passionate debates in the field of the arts and intellectual thinking in the 1930s. The Second World War put a brutal end to this venture. Porza’s pacifist ideas were no longer plausible, indeed they could even have been viewed as suspicious, and this story remains a little-known episode in the cultural history of the interwar years. In the Viénot family archives, we were lucky enough to find a members’ newsletter, Nouvelles Brèves. Updated each month between 1932 and 1938, the document provides us with the names of the key members and allowed us to retrace the ideological context of Porza’s creation, as well as its ties with French artistic circles.

The research question considered in this text centres on the extent to which Porza played a seminal role in Jacques Viénot’s commitment to the creation of the industrial design movement in the 1950s.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

29 décembre 2013    Design(s)/Histoire(s)

Design industriel, territoires anciens et questions actuelles

En 1961, le designer américain Peter Muller-Munk déclarait que le design industriel ne connaissait pas de frontières fixes et il estimait que cela était « une excellente chose » (1) :

Nous en sommes encore à explorer de nouveaux territoires et nous continuons à fertiliser des domaines qui ont été saccagés par d’autres. En cet âge de l’espace, non seulement l’homme, mais aussi les professions doivent apprendre à penser en termes spéciaux. Je m’opposerai donc à toute tentative doctrinaire de régimentation professionnelle et, tant que nous adhérons à la définition du design établie par la constitution de l’I.C.S.I.D., je suis heureux de savoir que cela n’arrivera pas.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

6 janvier 2013    Design(s)/Histoire(s)

Un esprit de l’Industrial design ? Icsid Paris 1963


Cette question était au coeur des débats du 3ème congrès de l’Icsid (International Council of Societies of Industrial Design) qui eut lieu à Paris en 1963 (1). Comment était alors abordée cette question de « l’esprit design » ?

Dans le rapport introductif (2), l’accent mis sur le « désordre » et le manque d’harmonie dans les sociétés industrielles renvoie aux critiques qui étaient déjà celles de l’Art nouveau à la fin du XIXe siècle. Parlant de « cacophonie », les auteurs écrivent :

« La maison a été étudiée par un architecte, le milieu intérieur et les meubles par un architecte d’intérieur, les objets par un industrial designer, les affiches par un graphiste. Peintres et sculpteurs semblent coupés de la vie courante ».

On croit entendre Viollet-le-Duc (Entretiens sur l’architecture, 1863-1872) qui écrivait à la fin du XIXe siècle :

« (…) l’architecte n’a pas tenu compte de la peinture qui devait décorer ses salles, le peintre ne s’est pas préoccupé de l’architecture au milieu de laquelle il venait poser son oeuvre, le fabricant de meubles ne s’est pas soucié ni du peintre, ni de l’architecte, et le tapissier a surtout tenu à ce que ses tentures ne laissent voir autre chose que ce qui sortait de ses ateliers ».

Le ton est donc donné, si « désordre » il y a, celui-ci doit être en partie imputable  aux spécialisations et l’une des question est :  » l’Industriel design sera t-il un facteur de liaison entre les diverses disciplines, de plus en plus influencées par la production industrielle ? »

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

29 août 2012    Design(s)/Histoire(s)

De la culture design en France

Dans un article récent paru dans la revue Design Issues (1), Stéphane Laurent, historien de l’art et du design, porte une critique sévère sur les expositions en France dans le domaine des arts décoratifs, des arts appliqués et du design. Il fait référence aux expositions prestigieuses en Angleterre, Allemagne, Scandinavie, Etats-Unis… pour mieux souligner le déficit français en ce domaine :

Except for some specialized exhibitions here and there (e.g., at the Musee d’Orsay in small rooms, at the Galliera museum for fashion only, and at the museum of Decorative Arts), often without substantial catalogues, France has been quite removed from such outcome. In fact, in France we are still eager to explain design, while our neighbors are exploring and developing all of its refined and elaboreted facets. To illustrate, the intention for the exhibition on Patrick Jouin was to demonstrate to the public what industrial design is, using the personal itinerary of the creator ; in 2008, the exhibition titled « Design Versus Design » at the Grand Palais (…) aimed to provide a panorama of creative furniture, at the Musee du Luxembourg in 2010, one could find only a poor presentation on Tiffany, despite the various informative and consistent aspects that might have been explored in the work of the famous glass designer and entrepreneur.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

25 avril 2012    Design(s)/Histoire(s)

« Ne soyez pas inexorable à ce fauteuil qui vous tend les bras (…) »

C’est avec cette référence à une phrase célèbre de la pièce de Molière, Les Précieuses Ridicules, que l’architecte allemand Schwippert (1) introduit son exposé au Congrès international de Paris (1953) consacré à l’Esthétique industrielle : « Les arts impliqués ou l’oeuvre humaine » (2)

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

13 décembre 2011    Design(s)/Histoire(s)

Marque et image de firme dans la France des années 60 – l’exemple de Merlin Gerin

Merlin et Gerin, Catalogue Charte graphique, Archives Technès, Henri Viénot

Dans l’éditorial de son numéro 94 (janvier-février 1969), la revue Design Industrie (1) établit une distinction entre design et industrial design. Le design est défini comme une activité au champ d’application très vaste, des produits de l’industrie à

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

16 octobre 2011    Design(s)/Histoire(s)

Esthétique industrielle : l’économique et le social

Dans un précédent article, Design industriel et économie des moyens, nous évoquions la pensée de Georges Combet, Président de Gaz de France et  personnalité très active au sein de l’Institut d’Esthétique industrielle au début des années 1950 (1). Nous montrions comment cette approche, établissant une convergence entre optimisation économique et rationalisation esthétique (Beauté utile), s’inscrivait dans la pensée scientifique et philosophique du XIXe siècle et, avec un bel optimisme, se revendiquait comme « remède efficace contre cette sorte d’éblouissement (…) où nous induit la toute puissance de l’industrie moderne ».

Georges Combet fut, avec un certain nombre d’autres figures de l’Institut d’Esthétique industrielle, un des membres de la commission réunie autour de Jacques Viénot pour établir les bases de la Charte de l’Esthétique industrielle présentée lors du Congrès de l’Esthétique industrielle à Paris en 1953. La volonté de faire converger économie, esthétique et éthique suscita nombre de débats et certains points de la Charte furent violemment critiqués par l’architecte André Hermant, qui avait été vice-président de l’UAM (Union des Artistes Modernes) et fondateur en 1949 de Formes Utiles. La morale sous-jacente au fonctionnalisme, partagée par Formes Utiles et l’Institut d’Esthétique industrielle, induisait une méfiance par rapport à toute forme d’inféodation à la rentabilité commerciale. Cette méfiance se traduisait en particulier par un rejet de la mode associée au factice et à l’obsolescence programmée des produits. Mais André Hermant estimait que la Charte trahissait cette morale. Parmi les différents entre les protagonistes (1), un des dangers soulignés par l’architecte était le risque de « priver les formes du monde industriel des qualités qui furent toujours celles de la production artisanale, celles qui assurent l’équilibre et la continuité de l’homme avec le monde naturel » (2).

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

3 décembre 2010    Design(s)/Histoire(s)

icsid Venise 1961 (3)

Deux articles de ce blog évoquent les témoignages de Georges Combet (Directeur général de Gaz de France – président de l’Institut d’Esthétique industrielle) et de Sigvard Bernadotte (pionnier du design industriel en Suède, 1907-2002). Le sujet traité est « le rôle de l’esthéticien industriel dans la société ». Le troisième intervenant sur le sujet, présenté dans la revue Esthétique industrielle, était Karl Schwanger, designer autrichien.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)