Design et Histoires

Le blog de Jocelyne Leboeuf

16 octobre 2011    Design(s)/Histoire(s)

Esthétique industrielle : l’économique et le social

Dans un précédent article, Design industriel et économie des moyens, nous évoquions la pensée de Georges Combet, Président de Gaz de France et  personnalité très active au sein de l’Institut d’Esthétique industrielle au début des années 1950 (1). Nous montrions comment cette approche, établissant une convergence entre optimisation économique et rationalisation esthétique (Beauté utile), s’inscrivait dans la pensée scientifique et philosophique du XIXe siècle et, avec un bel optimisme, se revendiquait comme « remède efficace contre cette sorte d’éblouissement (…) où nous induit la toute puissance de l’industrie moderne ».

Georges Combet fut, avec un certain nombre d’autres figures de l’Institut d’Esthétique industrielle, un des membres de la commission réunie autour de Jacques Viénot pour établir les bases de la Charte de l’Esthétique industrielle présentée lors du Congrès de l’Esthétique industrielle à Paris en 1953. La volonté de faire converger économie, esthétique et éthique suscita nombre de débats et certains points de la Charte furent violemment critiqués par l’architecte André Hermant, qui avait été vice-président de l’UAM (Union des Artistes Modernes) et fondateur en 1949 de Formes Utiles. La morale sous-jacente au fonctionnalisme, partagée par Formes Utiles et l’Institut d’Esthétique industrielle, induisait une méfiance par rapport à toute forme d’inféodation à la rentabilité commerciale. Cette méfiance se traduisait en particulier par un rejet de la mode associée au factice et à l’obsolescence programmée des produits. Mais André Hermant estimait que la Charte trahissait cette morale. Parmi les différents entre les protagonistes (1), un des dangers soulignés par l’architecte était le risque de « priver les formes du monde industriel des qualités qui furent toujours celles de la production artisanale, celles qui assurent l’équilibre et la continuité de l’homme avec le monde naturel » (2).

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

16 janvier 2011    Design(s)/Histoire(s)

L’Architecte et l’Entreprise – Nantes – 1953 (1)

Le catalogue (1) édité à l’occasion du  Congrès National de l’Association Provinciale des Architectes français qui eut lieu à Nantes en 1953 est un bel hommage à toutes les entreprises mobilisées pour la Reconstruction :

Et dans toutes ces diverses phases l’entreprise est aux côtés de l’Architecte, le seconde, ou même parfois le devance.

Dans cette oeuvre commune des liens se créent : l’estime d’abord, la camaraderie de travail ensuite, parfois l’amitié.

L’un talonné par les circonstances et par l’immense impatience de cette population qui veut reprendre possession de sa Ville, exige beaucoup ; l’autre s’efforce de réaliser cette acrobatie de réunir en un même lieu, au moment où il le faut, le matériau et la main d’oeuvre qui réaliseront ce qui est passé de l’esprit sur le papier, et qui doit passer du papier à la matière ordonnancée et efficace.

A l’heure où nous recevons nos confrères de France qui, pour beaucoup, ont passé par les mêmes épreuves et par les mêmes expériences, nous tenons à rendre hommage à tous ceux de l’Entreprise qui, gens du Bâtiment, ont servi à nos côtés dans l’oeuvre commune de renaissance, dans le sens le plus vrai et le plus profond.

Couverture du catalogue - Congrès National de l'Association Provinciale des Architectes Français - 1953

C’est à la Fédération Nationale du Bâtiment à Paris que s’ouvrait, le 14 septembre 1953, le Congrès International d’Esthétique industrielle organisé par Jacques Viénot et les membres de l’Institut d’Esthétique Industrielle fondé en 1951. Les entreprises, à travers les questions liées à l’énergie, au transport, à la construction, à l’usine, au bureau, à l’habitation… étaient là aussi mises à l’honneur. Il faut reconstruire, il faut produire rapidement, efficacement, le travail collectif est valorisé. Mais alors que les thèmes du Congrès de Paris sont une profession de foi pour l’Esthétique industrielle devant permettre d’améliorer la qualité des produits pour le bien-être de tous et de favoriser l’économie, on ne trouve pas de discours sur l’architecture dans le catalogue du Congrès de Nantes. L’architecte est en retrait par rapport aux métiers du bâtiment et aux prouesses réalisées par les entreprises. On est véritablement au coeur du chantier avec l’urgence de donner un toit à ceux qui n’en ont plus.

Ce contexte de la Reconstruction nous ramène à la figure centrale de la grande entreprise industrielle autour de laquelle s’organisent les enjeux économiques et sociaux des Trente Glorieuses. Beaucoup de choses ont été écrites par les historiens, les sociologues, les économistes… sur le démembrement de la firme industrielle par le capitalisme contemporain et « la prise de pouvoir de la bourse dans le management des entreprises » dans les années 1980 (2). Peut-on parler actuellement de « retour en grâce de l’entreprise », comme il est écrit dans l’éditorial du Monde du 6 janvier 2011 ? La crise économique actuelle remettrait-elle en cause « la thèse selon laquelle le basculement d’une économie basée sur l’industrie vers une économie de services était inéluctable (…) ? La perte de 50 000 emplois en France en quinze ans d’après les chiffres donnés dans cet éditorial, peut-elle être « compensée par la croissance de services » ? Face aux dégâts d’un « capitalisme financier effréné », dans un autre article du Monde (3), Edgar Morin parle du « désespérant probable » et de l’ »improbable porteur d’espoir » et renvoie à l’énergie des grandes figures et des peuples au moment du désastre de la dernière Guerre mondiale, terminant avec ce proverbe turc : « Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra ».

Les images qui suivent témoignent d’autres espoirs en d’autres temps.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

27 août 2009    Design(s)/Histoire(s)

Jacques Viénot and the "Esthétique industrielle" in France (1920-1960)

Article paru dans la revue Design Issues, Volume XXII, Number 1, Winter 2006.

Introduction

The circumstances leading to the emergence of French industrial design, have remained overshadowed by the general history of modernity. The privileged stance of the furniture creator/designer and the frequent use of the word design when referring to a style, reflects a cultural tradition which attaches little importance to the mode of production and to the execution of a project.  Indeed, French industrial design has long suffered from a lack of recognition because it was not acknowledged as a clearly defined professional activity.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

19 août 2009    Design(s)/Histoire(s)

La contribution française à la création d’une organisation internationale du design après la Deuxième Guerre mondiale

Sur le modèle de réunions qui eurent lieu à Londres, en 1951 et à Darmstadt, en 1952, l’ouverture internationale, prônée dès sa création par l’Institut d’Esthétique industrielle (1) , se concrétise par l’organisation à Paris, en septembre 1953, d’un important congrès. Le thème « Beauté, Bien-être et source de richesses » en résume l’ambition. Jacques Viénot (2)  y propose la création d’un « Comité de liaison internationale d’Esthétique industrielle, première étape conduisant à la fondation en 1957 de l’ICSID (International Council of Societies of Industrial Design). Le congrès de 1953 marque une volonté forte de défendre la France, à une période où le pays était fragilisé tant internationalement que sur le plan intérieur. Beaucoup de voix s’étaient déjà élevées avant la guerre pour que la France ne fût pas, selon l’expression utilisée par Jacques Viénot dans son allocution aux congressistes, « une embusquée des temps modernes, eine Drückerbergerin der moderne Zeit… »(3).

Couverture d'Esthétique industrielle, n° 10-11-12 Numéro spécial consacré au Congrès de l'Esthétique industrielle, Paris 1953

Pages extraites du rapport du Congrès de l'Esthétique industrielle, Paris, 1953, Recherches de Mattioli, J. Fouquet, P.Vago et Roger Tallon

Pages extraites du rapport du Congrès de l'Esthétique industrielle, Paris, 1953, Recherches de Mattioli, J. Fouquet, P.Vago et Roger Tallon

Rapport du Congrès de l'Esthétique industrielle, Paris, 1953, couverture

Esthétique industrielle, n° 10-11-12, Comité d'organisation, congrès d'Esthétique industrielle, Paris, 1953

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)