Design et Histoires

Le blog de Jocelyne Leboeuf

24 mars 2016    Design(s)/Histoire(s)

Histoires du design en débat – 4

Les modèles en histoire évoluent avec les préoccupations du temps présent. La globalisation, non seulement en tant que phénomène lié à la mondialisation économique, mais aussi comme « concept qui permet de définir une nouvelle manière  de considérer la relation de l’humain avec le milieu de vie que constitue la planète », et « processus qui tout-à la fois instaure et imagine (…) la mise en système de toutes les réalités sociales (humaines et non humaines, matérielles et idéelles) dans une configuration d’espaces et de temps d’échelle mondiale au sein de laquelle tout phénomène local est global et réciproquement »(1), correspond aussi à tout un courant historiographique qui trouve des racines en France depuis des historiens comme Fernand Braudel.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

1 août 2012    Design(s)/Histoire(s)

Universal design

Parmi les différents courants qui animent et nourrissent l’engagement professionnel des designers industriels, est apparu dans les années 1980 celui de l’Universal design appelé aussi Inclusive design ou encore design-for-all (1). Il appartient à la famille des disciplines étudiant les « facteurs humains » (ergonomie, psychologie cognitive…) qui ont contribué à l’évolution du métier dans la deuxième moitié du XXe siècle, détrônant en partie l’esthétique, discipline dominante dans les premiers temps du design industriel sous l’égide de l’unité entre l’art et la technique (2).

Le texte ci-dessous est une note de lecture proposée à partir d’un article du Journal of Design History.

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

9 mai 2010    Design(s)/Histoire(s)

Histoires du design en débat – 3

Notre précédente note de lecture au sujet des débats menés sur la discipline histoire du design renvoyait à un article de Victor Margolin, plaidoyer pour une histoire du design reliée aux autres champs de l’histoire.

Nous faisions remarquer que l’histoire du design la plus largement médiatisée souffrait toujours du syndrome de la répétition et des évidences trompeuses.

L’histoire devrait  en effet être le contraire du « cela va de soi » et les recherches depuis quelques décennies en histoire du design montrent les efforts pour engager cette discipline à construire ses propres questions de recherche afin de mieux engager un dialogue fructueux avec les autres disciplines de l’histoire et des sciences humaines.

Dans son article « The Production-Consumption-Mediation Paradigm »(1), Grace Lees-Maffei identifie trois types d’approche qui ont été prédominants à différentes étapes de l’histoire du design, identifiant le paradigme de la médiation comme étant le « third stream in design history ».

Grace Lees-Maffei précise bien que les approches successives analysées n’induisent pas un modèle linéaire. Celles-ci co-existent :

The identification of the PCM paradigm and the discussion of the methodological and interdisciplinary issues arising provided here, including the relationship of design history to neighbouring fields, have implications for conceptions of the field of design history, in both content and approach, present and future. Mediation is best understood as an additional emphasis within design history, which complements object-based analysis and enriches understanding, as well as providing a useful basis for future work in the discipline

Elle prend également la précaution de dire que les études auxquelles elle se réfère portent pour l’essentiel sur les recherches en histoire du design en Grande-Bretagne, avec des renvois à des débats présents également aux Etats-Unis et en Australie.

Cette troisième note de lecture prolonge le travail d’investigation sur les études actuelles s’interrogeant sur la discipline histoire du design (Histoires du design en débat 1Histoires du design en débat 2).

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)

21 janvier 2010    Design(s)/Histoire(s)

Histoires du design en débat – 2

L’historien du design Victor Margolin, dans un article publié dans Design Issues (volume XXV, Number 2, Spring 2009, p.94-105), s’interroge sur la pertinence de l’histoire pour comprendre le monde contemporain. Son analyse offre un très intéressant panorama critique des recherches et débats des dernières décennies, entre les études portant sur des sujets de plus en plus spécialisés et l’histoire appréhendée dans une perspective beaucoup plus large, dans la descendance de l’École des Annales et de l’ambition d’une « histoire totale » inscrite dans la   »longue durée » (1). Il se réfère en particulier à Eric Hobsbawn qui associe le concept de « la longue durée » à une « social history » où l’étude rapprochée des transformations sociales dans toute leur complexité peut être fructueuse pour penser le futur :

Hobsbawn combined a belief in « la longue durée » or « the long term » from the French Annales School, which he called the « formalized social past », with the recognition that this stable component of the social order is complemented by more flexible sectors of social change and innovation. Recognizing the various components of society and their differing rates of change can be extremly hepful in contributing to a balanced process of social transformation that does not lead to social destabilization or collapse. Thus, for Hobsbawn, history in its best sense becomes « a process of directional change, of development or evolution » (2)

[Read more →]

[ Lire → ]

Tags: Design(s)/Histoire(s)